Eugénie Cotton expose

Publié le par Luciole

Eugénie Cotton expose

Le Lycée Eugénie Cotton, à Montreuil, assure trois types de formation; celle qui m'intéresse dans ce billet est la filière "Arts Appliqués" (STD2A : Sciences et technologies du design et des arts appliqués).

A l'occasion des Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes de la ville de Montreuil, une partie des élèves de cette filière a proposé une exposition très intéressante dont le vernissage a eu lieu vendredi dernier. J'ai été y promener mon Lumix et vous propose ci-dessous un florilège de ce qui y figurait. C'est un choix d'oeuvres évidemment non exhaustif, juste motivé par mon intérêt pour la classe de mon fils (terminale arts appliqués) et par les possibilités de traduire facilement en photos le travail proposé; bien d'autres productions  remarquables sont absentes de ce billet.

Chaque oeuvre est accompagnée d'un "cartel" rédigé par l'élève.


Entrons


P1110890

yeux

Jacqueline


P1110848


La famine

Il s'agit de dénoncer la fin dans le monde.
Pour cela j'ai choisis les lettres KFC, un emblème de la société de consommation; un lieu où l'on dépense son argent pour acheter de la nourriture qui n'est pas saine, où l'on mange au-delà de sa faim quitte à devenir obèse.
Les lettres sont recouvertes de riz qui est la base de l'alimentation dabns les pays pauvres et qui pourrait suffire à nourrir sainement l'humanité.
L'idée est de créer un contraste entre les pays qui meurent de faim et les pays riches où les gens s'empiffrent de nourriture grasse qu'ils gaspillent souvent.

 

yeux

Serena


P1110850

D'égout médical

J'ai cherché à exprimer de façon ironique le dégoût lié à la prise de médicaments en l'associant au mot "MIAM". Le mot apparaît alors comme une régurgitation sortant d'une bouche d'égout. L'inspiration provient d'une époque où j'ai moi-même du consommer une grande quantité de médicaments à cause d'une santé fragile. Les pillules sont alors devenues un rendez-vous obligatoire, prenant le rôle de la nourriture.

yeux

Océane


P1110853

A vos souhaits

Quelques postillons par ci, quelques postillons par là. C'est l'arrivée de l'hiver et des rhumes. De manière dégoutante mais en restant dans l'humour, mon projet illustre l'éternuement grâce au mot "ATCHOUM". Le dégoût est provoqué grâce à la morve et à son aspect extérieur. Celle qui nous encombre le nez et qui dégouline toutes les deux minutes.
Le mouchoir est un matériau simple et peu commun pour un projet d'art. Le rhume arrive chaque année et à chaque personne donc tout le monde peut se reconnaître dans mon projet.
Nez bouché, plus de mouchoir, voilà l'hiver.

yeux

Mathieu


P1110855

Mr Sale

Mon projet consiste à détourner l'emblème de cette marque de produits ménagers en utilisant la poussière pour faire ressortir le personnage de façon comique j'ai utilisé ce matériau simple pour créer Monsieur Propre.
On surprend donc Monsieur Propre en train de cacher la poussière sous le tapis.
J'ai choisi le mot "PROPRE" car cela donne un côté ironique à ma surface recouverte de poussière.

yeux

Lucile


P1110857

Le radis radin

Le jeu de mot amusant de "radis-radin" m'a donné l'idée de mettre en scène des radis qui symbolisent l'argent. Au fil du temps le radis sèche et se rétrécit à l'image de l'esprit du radin. J'ai développé cette idée en imaginant un homme égoïste, égocentrique et cupide dans sa soif d'argent. Pour cela il est représenté sous une montagne de radis et devient lui-même un radis.
Au début du projet, les queues des radis étant fanées je les ai coupées. Mais par la suite, à mon grand étonnement, les fanes ont repoussé. Je n'ai plus de contrôle sur ce projet qui vit par ses propres moyens.

yeux

Aurore


P1110859

Di(ab)ète

J'ai choisi de faire un gâteau d'anniversaire géant aux couleurs kitch et chimiques pour que les gens réalisent l'importance de leur santé alimentaire, car en effet l'obésité et le diabète ne sont pas rares. Sur ce gâteau, symbole de gras et de sucre est donc écrit "JOYEUX DIABETE"

yeux

Audrey

 

P1110863

 

P1110864   P1110865

 

 

P1110866   P1110867

Mail ouvert

O toi, grand geek, roi des geeks, être étrange, avatar de notre société numérisée et virtualisée qui es-tu ?
Comment vis-tu ? Prends-tu vraiment le temps de te laver ? Puis tes chaussettes, qu'en dire ? Avec des grands trous aux orteils et unre propreté plus que douteuse . :-)
Que mages-tu ? Prends-tu le temps de faire toi-même les courses ? Ou au final ne préfères-tu pas qu'on te livre tes mets préférés directement à ton appartement ? Mais as-tu connu les couleurs du marché, ou simplement les saveurs et la couleur d'une feuille de salade fraîche ?
Quel est ton univers ? Ne te lasses-tu pas de vivre au milieu de divers câbles, de cartes-mères, de claviers, de souris, de micros ou juste de ronronnement de ton ordinateur.
Quel est ton look ? de quand datent tes dernères lunettes ? ton dernier jean ? Prends-tu soin de toi autant que tu prends soin de ton ordinateur ?
Que penses-tu de la vie ?
Réponds moi, j'ai soif de savoir.
Un ami qui te veut du bien :-)

yeux

Cynthia


P1110868

Desesperate housewives or not

Je me suis intrerrogée sur la notion de femme au foyer. Je suis partie du cliché de la ménagère parfaite, sobre et réservée qui accomplit soigneusement ses tâches quotidiennes : elle étend son linge, ici des culottes. On s'aperçoit au fur et à mesure que les culottes forlment le mot "CULOTTEE", ceci crée un effet de surprise car il y a un contraste entre cette femme sage et le sens du mot qui évoque l'audace et l'esprit d'entreprise. Les culottes n'ont rien de sexy, elles sont pratiques et confortables, sages à l'image de cette femme discrète. Le mot "culottée" crée un décalage ironique car il renvoie à une femme émancipée, qui ose, libérée, voire un peu agressive.

Note : cette oeuvre était accompagnée d'une vidéo montra cette femme étendant son linge, une vidéo comportant une chute inattendue

yeux

Sabrina


P1110871

Un garçon au féminin

Ma démarche consiste à ridiculiser le cliché de la virilité en me moquant de ses attibuts traditionnels.
J'ai choisi de travailler le mot "VIRILITE" en tatouage avec une ancre marine qui renforce le cliché de l'homme viril en faisant une référence comique à Popeye.
Pour mon projet je me suis inspirée des oeuvres de Pierre et Gilles qui mettent en scène le genre masculin et féminin en idéalisant les corps.
J'ai voulu mettre en valeur le personnage sur un fond à fleurs vontage qui exprime la douceur.

yeux

Catalin


P1110877

Escape yourself

"Escape yourself"est une réflexion plastique qui matérialise le passage de l'emprisonnement mental ou physique à la conquête de la liberté.Qu'est-ce que la liberté ?De quoi s'échapper? Et surtout qiui s'échappe ?Le corps physique ou l'esprit ?

yeux

Prani


P1110880

Les fleurs du mal

Des photos de gros plan de diverses parties du corps sont placées de manière aléatoire sur un arbre; ainsi elles remplacent les feuilles et les fleurs de l'arbre. Toutes ces photos expriment le temps d'une histoire d'amour tragique : on aime puis on déteste au point de haïr.
Le mot "HAÏR" correspond aux fleurs de l'arbre desséché.
Qu'est-ce que "haïr ?
Le dessèchement de l'être ?
Le rapport amour/haine ?
Le processus qui mène à la haine ?

yeux

Doriane


P1110882

Peau d'orange

Mon intention était de créer un décalage entre deux univers : l'univers idéalisé des mannequins dont Kate Moss, uner des icones principales de la mode, réputées pour sa minceur (son surnom est la brindille) et celui de la réalité de toutes les femmes.
Tout le monde développe de la cellulite quel que soit son poids. J'ai donc voulu créer une rupture avec la médiatisation du corps idéalisé à travers les mannequins.

yeux

Levissa


P1110884

Free d'Hommes

Avec ironie j'ai cherché à représenter le mot "LIBERTE" en utilisant corps et chaines entremêlés. Ce contraste illustre l'esclavage. D'autant plus important à mes yeux que je suis née un 22 mai, date de l'abolition de l'esclavage en Martinique (22 mai 1848)

yeux

Aleksandra


P1110886

Les liens imperceptibles

Née prématurée je m'interroge sur les liens mère/enfant et sur les sentiments des limites corporelles.
Peut-on voir le lien fusionnel du moment de la naissance qui a été tant attendu même si il a été parfois source d'inquiétude ?
Quels sont les sentiments de deux êtres vivants habitant le même corps puis soudain ... l'indépendance absolue de chaque être.
Cette relation évoluera-t-elle ou disparaitra-t-elle ?

yeux

Cinthia


P1110888

Le châtiment

"Je n'aurais pas dû choisir cette idée pour mon projet" était tout d'abord fondé sur le thème de l'enfance. J'ai décidé de développer l'idée de la punition qui nous ramène sur les bancs de l'école. Le mur qui me servira de support a été choisi pour montrer l'ampleur que peut avoir ce châtiment ici accompli publiquement.
Le changement d'échelle permet d'accentuer le caractère mécanique de la répétition indéfinie d'une seule et même phrase. Ainsi le travail devient de plus en plus pénible.
Le texte même de la punition crée une "autoréférence" qui transforme la performance en une nouvelle punition.
Et pourtant, le fait de faire de la punition du passé une performance retourne la sanction en acte volontaire. C'est donc l'appropriation d'un évènement traumatisant de l'enfance à travers un geste ironique.
Mais ... je souffre et j'aime ça !

yeux

et enfin, les deux projets d'Alexandre


P1110846

Fashion Vanity

Le but de mon projet est de sublimer une image qui inspire à première vue de l'horreur, celle d'un crâne. Je l'ai rendu séduisant et touchant à l'aide de pétales de différentes couleurs.
La couleur rouge évoque le sang et la vie, contrairement au crâne, symbole de la mort. Les pétales artificiels restent les mêmes contrairement à de vrais pétales qui se seraient fanés. Le crâne est souriant alors que dans ce sourire est inscrit ironiquement le mot "HORREUR". Ainsi ce crâne n'inspirera plus de l'horreur, mais une vision d'amour fou et de passion.
Mon projet est donc devenu une vanité qui entremêle les thèmes de la mort et de l'amour

 

P1110861

Art-ificiel

Ce projet a pour but de mélanger deux thèmes qui s'opposent : le naturel et l'artificiel.
Les tubes d'essais avec des liquides de couleurs différentes et fluorescentes expriment l'univers scientifique. Ces liquides sont-ils des poisons ? sont-ils des engrais ? sont-ils les résultats d'une expérience mêlant plusieurs formules chimiques et complexes ? Ces éléments contrastent avec les tiges et les feuilles qui sortent des tubes. Ces dernières se réfèrent au côté naturel du projet. Pourtant ces branches ne sont-elles pas le résultat des expériences réalisées dans les tubes ?

yeux

Bravo à tous ces apprentis artistes, ces créateurs en herbe, puissent-ils intervenir positivement dans un avenir qu'on entrevoit parfois uniforme et triste et manquant cruellement de ce qui permet de l'appréhender avec enthousiasme : l'humour.

Merci aux instigatrices de cette exposition, les professeurs d'arts appliqués d'Eugénie Cotton et spécialement Claire Loupiac, Claire Courdavault et Aude Louzé. Merci également à Madame Stervinou qui a participé à l'élaboration de certains cartels en aidant les élèves à traduire dans un français acceptable ce qui pouvait parfois être confus dans un cerveau d'adolescent.

Pour terminer, je voudrais vous encourager à vous promener sur le site des artistes invités lors de cette manifestation :

 

P1110872Joel Ducorroy

Publié dans Les arts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article