L'estuaire de Saint-Nazaire

Publié le par Luciole

L'estuaire - paysages -

 

L'estuaire de la Loire, de Saint-Nazaire à Nantes n'a plus grand chose de vraiment naturel quant à son aspect physique. Depuis plusieurs siècles il a été faconné par l'esprit et la main de l'homme. Destiné à servir le principal port de France : Nantes, jusqu'au XVIIIè/XiXè siècle, il a ensuite été modifié au fur et à mesure des besoins et de l'évolution des tailles des bateaux.

Il a été configuré "en entonnoir" afin de jouer avec  les marées qui permettaient d'amener les navires jusqu'à Nantes. Il s'est avéré que, l'évolution des tirants d'eau arrivant, il a fallu plus de profondeur. On a donc fermé tous les canaux qui pompaient l'eau du fleuve; puis on a installé un port secondaire, plus en aval, à Painboeuf. Cela n'a pas suffit et le port de Saint-Nazaire a vu le jour et pris de plus en plus d'importance jusqu'à supplanter Nantes.

Du côté de la faune et de la flore, tout n'était pas rose non plus. Cette installation "en entonnoir" a favorisé un phénomène de bouchon vaseux nocif à certaines variétés de plantes. Pour drainer l'estuaire, il a donc fallu réouvrir le canaux. De plus, d'un élevage exotique se sont échappé des ibis qui ont plus ou moins colonisé l'estuaire au détriment d'espèces endémiques de la région. Le ragondin, amené par l'homme et élevé pour sa fourrure est également sorti de ses réserves pour causer de gros dégats à cause de sa voracité. Bref, un peu comme aujourd'hui, on a mené des politiques à courte vue sans se préoccuper des dommages collatéraux.

Les choses s'améliorent; l'écologie et ses problèmes commencent à envahir les esprits. Les rives sont aménagées, des réserves naturelles (l'endroit est très favorable aux migrateurs) sont organisées. On a même implanté un territoire pour les cigognes qui ont la flemme d'aller jusqu'en Alsace. Certaines préfèrent le gros-plant au sylvaner.

Tout d'abord, quelques photos d'espèces que l'on trouve le long de l'estuaire et qui ont été installées dans la partie "Jardin des Orpins et des Graminées" du jardin du tiers-paysage de la base sous-marine à Saint-Nazaire.

EP1000908 EP1000909

EP1000910 EP1000912

Une série, au fil de l'eau

P1000915

P1000973 P1000979

P1000982 P1000985

P1000989

P1000993 P1000994

P1000996 P1000998

P1010001 P1010006

P1010007

P1010022

P1010023 P1010026

P1010028

P1010029

P1010032 P1010035

P1000988

 

 

L'estuaire - côté Arts Contemporains - Saint-Nazaire

Estuaire est une aventure artistique en trois épisodes dont le dernier a lieu cet été. En 2007 et 2009, une trentaine d’œuvres sont réalisées, in situ, à Nantes, Saint-Nazaire et sur les 60 kilomètres de l'estuaire de la Loire qui relie ces villes. Si certaines créations sont présentées le temps de l'évènement, d'autres sont installées définitivement sur le territoire pour composer un parcours ouvert à la visite toute l'année.

On va partir de Saint-Nazaire et embarquer ensuite en direction de Nantes.

*-*-*-*-*

On commence par le LIFE

" Ce nouvel équipement culturel a ouvert ses portes au printemps 2007.
Dédié aux nouvelles esthétiques, le Lieu International des Formes Émergentes se signale par une programmation artistique transdisciplinaire et internationale.
Logé dans l’Alvéole 14 de la base sous-marine, c’est à l’architecte berlinois Finn Geipel qu’a été confié le nouvel aménagement de ce vaste espace atypique qui accueille aussi la scène des musiques actuelles, le VIP.
Destiné à accueillir la création artistique sous tous ses aspects, cet équipement résolument innovant inscrit la Ville dans le paysage exigeant des initiatives européennes les plus récentes en ce domaine."

De la mi-juin à début septembre, les frères Chapuisat y exposent une installation baptisée Métamorphose d'impact #2.
Je n'ai pas beaucoup de photos de cette installation; en effet, lorsque vous arrivez à l'accueil de l'exposition, une jeune fille vous prend en charge et vous accompagne, avec une petite lampe de poche dans une pièce immense (enfin, que vous devinez immense) et totalement noire. Elle vous prévient qu'elle va vous laisser découvrir l'endroit, qu'il y a quelques bancs sur les côtés, donc attention à vos tibias, et que si vous quittez ces côtés pour vous diriger vers le centre de l'espace, il faut faire attention à sa tête et la protéger de la main, puis elle vous laisse seul.

Prudemment, j'ai d'abord entamé un tour de la salle en faisant attention où je mettais les pieds. J'ai commencé à entendre d'autres visiteurs, que je ne voyais pas, et qui s'interrogeaient également sur ce lieu bizarre. Faire le tour de ce grand espace a bien pris quelques minutes. La vue commence, au bout d'un certain temps, à s'habituer à l'obscurité. Je me suis alors, avec mes mains pour protections, dirigé vers le centre. J'ai fini par sentir, à hauteur du front, une installation en bois et carton dur. J'en ai prudemment fait le tour, c'était assez grand. Plus j'avançais en direction du centre, plus l'installation se rapprochait du sol. Sur le sol, justement, j'ai vu une tache de lumière; je me suis courbé, puis mis à genoux pour finir par ramper vers cette tache. L'installation était alors à 40 ou 50 centimètres du sol; c'est déconseillé aux claustrophobes et aux anxieux. Arrivé à ce puits de lumière, il est possible de se redresser et l'on entre alors son corps dans un genre de cheminée  de 50 par 50, avec ma corpulence, je ne pouvais pas trop bouger, juste tourner sur moi-même. On entre alors dans une espèce de matrice éblouissante totalement tapissée d'un genre de couverture de survie dorée et éblouissante; impossible de voir d'où vient cette lumière qui agresse des yeux habitués, depuis 10 minutes, au noir quasi total. J'ai pris une photo, mais bon, ça ne va pas vous aider :

P1100839C'est une sensation curieuse qui vous envahit dans cette sphère très grande où émerge juste la partie supérieure de votre corps; lorsque vous faites un tour sur vous-même, c'est très beau ... mais il faut vous décider à ressortir, car d'autres visiteurs ont fini par suivre le même chemin que vous.
On se retrouve donc à plat ventre, puis à genoux, puis courbé et on refait un tour de la pièce avec, en mémoire, la structure que l'on a palpée il y a quelques minutes. Avec le temps, la vision commence à se faire à l'obscurité et vous commencez vous-même à distinguer une vaste forme.
Ce qui est intéressant également, c'est d'entendre les réflexions des autres visiteurs : une dame : "qu'est-ce que c'est que ce machin ? c'était pas là quand on est entré ! ils l'ont descendu depuis tout à l'heure !".

Enfin vous sortez, troublé tout de même par ce que vous venez de vivre et une partie de l'explication se trouve à côté du livre d'or, dans une brochure qui détaille l'installation. Je vous ai photographié deux pages :

l'endroit vide :

P1100841

... puis l'installation "éclairée"

P1100840

C'est par la partie la plus proche du sol que vous entrez votre corps à l'intérieur.

*-*-*-*-*

Autre lieu d'art contemporain à Saint-nazaire, Le Grand Café où exposent, sous le titre générique "L'équilibre des Contraires" deux artistes : Séverine Hubard et Vincent Ganivet

Tout d'abord Séverine Hubard

P1100832 P1100833

et Vincent Ganivet

P1100834

 *-*-*-*-*

En sortant on prend la direction du quai du commerce d'où on prendra le bateau tout à l'heure; pour le moment, on traverse un petit bras d'estuaire par le pont tournant pour atteindre la terrasse panoramique. En haut de celle-ci, on peut admirer, en dehors du panorama sur le port et sur les Chantiers de l'Atlantique, une œuvre de Felice Varini intitulée "Suite de triangles". Si vous êtes un(e) fidèle de ce blog (ce dont je ne doute pas) et si vous avez de la mémoire, vous vous souviendrez sans doute que je vous ai déjà parlé de cet artiste sur un billet que j'avais fait sur la visite du MAC-VAL de Vitry.

Il investit généralement un lieu ancien et construit une œuvre qui n'est visible en intégralité et dans sa forme aboutie qu'en un seul endroit bien précis. Si vous bougez de quelques centimètres, c'est déformé. Sa suite de triangles n'est donc visible qu'à un endroit précis de la terrasse panoramique; lorsque vous êtes dans le port ou sur la zone industrielle, vous ne voyez que des morceaux de murs peint en rouge.

L’œuvre terminée, c'est ça :

P1100797

On voit peut-être mieux sur le panneau de présentation :

P1100793

 *-*-*-*-*

Je vous emmène sur le toit de la base sous-marine pour y voir une installation que j'aime beaucoup  : Le Jardin du Tiers-Paysage de Gilles Clément

Ce paysagiste a investi ce toit sans trop de charme, en dehors d'une vue intéressante sur Saint-Nazaire et sur le pont et le port, pour y installer 3 jardins :

un Bois de trembles que l'on voit au loin ici (agrandissez la photo en cliquant dessus); il a été installé en 2009 dans les chambres d'éclatement des bombes

 

P1100767 

On le voit mieux sur ce panneau que j'ai photographié :

P1100786

Il a complété son œuvre en 2012 par un Jardin des Orpins et des Graminées, plantes robustes de l'estuaire, dans les travées non recouvertes. On peut le découvrir à partir d'une passerelle

P1100770

P1100769

P1100777  P1100771

P1100772  P1100778

 

P1100779  P1100774

P1100775   P1100781

P1100782

P1100783

Dans la fosse (non photographiée), un Jardin des étiquettes se compose au gré des aléas (vent, oiseaux, semelles de chaussures...) sur une fine couche de substrat. Deux fois par an, les plantes nouvelles sont identifiées et étiquetées.

 *-*-*-*-*

 

 

 

L'estuaire - côté Arts Contemporains - au fil de l'eau

En sortant du port de Saint-Nazaire, aprés être passé sous l'impressionnant pont du même nom, la première oeuvre visible (mais il faut une très bonne vue) est le Serpent d'océan de Huang Yong Ping sur la plage de Mindin, à Saint-Brévin.

EP1000948

Pour vous en donner une image plus précise, je suis allé y faire un tour. Sur la photo ci-dessus, la marée était basse, lorsque j'y suis allé en voiture, elle était haute

EP1100760

Regardez comme il répond au Pont de Saint-Nazaire

EP1100765

Même pas peur, je l'ai chopé de face

EP1100762

*-*-*-*-*

Une vingtaine de kilomètres plus loin, on est au large de la plaisante commune de Painboeuf où Kinya Maruyama a installé Le Jardin Etoilé

Le jardin vu du bateau

EP1000968

Je suis également allé prendre quelques photos de l'intérieur du jardin

EP1100719

EP1100720

EP1100722  EP1100721

EP1100724

EP1100726

EP1100728  EP1100732

EP1100733

EP1100735

EP1100740  EP1100746

EP1100758

EP1100743

 

*-*-*-*-*

A Cordemais, pour répondre aux cheminées du "château de fer" qu'est la centrale thermique à flamme, Tatzu Nishi a reproduit, à l'identique, une tour de 15 mètres de hauteur au sommet de laquelle une petit pavillon avec jardinet, sorti tout droit des années 70, fait office de gîte : c'est la Villa Cheminée.

EP1000974

pour information, tarifs, petit déjeuner inclus : 95 euros, semaine et dimanche et 99 euros vendredi et samedi

EP1000976

*-*-*-*-*

 Plus loin, on arrive au Canal de la Martinière; il sert de régulation hydraulique et la machinerie de l'écluse se visite en saison. Eric Wurm y a installé son oeuvre, "Misconceivable"

EP1000991

EP1000992

*-*-*-*-*

 A quelques encablures : Couëron où Jean-Luc Courcoult, le fondateur de Royal de Luxe a installé sa "Maison dans la Loire"

 

EP1010011

 

EP1010012

*-*-*-*-*

Pas très loin, à Indre, une serpent rouge de 40 mètres de long sort du fleuve pour se dresser face à la Loire, gueule ouverte, c'est Serpentine Rouge de l'artiste d'origine Cherokee Jimmie Durham

 

EP1010019

 

EP1010021

*-*-*-*-*

Près de Bouguenais, à Port Lavigne exactement, dans trois peupliers sur la rive du fleuve on peut apercevoir des singes (il vaut mieux être muni de jumelles) un jaguar et un couple d'ours. Il s'agit d'une installation de l'américaine Sarah Sze intitulée "The Settlers" (Les colons).
 

 

EP1010030

 

EP1010031

 

EP1010034

*-*-*-*-*

Un peu plus loin, à Rézé, dans une ancienne centrale à béton, Roman Signer a accroché un pendule de 7 mètres, il bat le temps et ne s'arrête qu'en cas de vent fort.

 

EP1010052   EP1010050

*-*-*-*-*

Dans les faubourgs de Nantes, sur la falaise de la butte Sainte-Anne, on peut voir un "arbre lunaire" blanc de 12 mètres de haut. Ca s'appelle "Lunar Tree" et c'est de Petra Mrzyk et Jean-François Moriceau.

 

EP1010058   EP1010059

*-*-*-*-*

Bien d'autres oeuvres pérennes ont été installées le long de cet estuaire de Nantes à Saibnt-Nazaire et jusqu'à Fontevraud. Autant d'occasions de poser un regard neuf sur des paysages connus ou à découvrir. Plusieurs oeuvres appellent à une réflexion sur l'état du monde, l'environnement, le rapport au sauvage et à la nature. Que ce soit "Péage Sauvage" du collectif Observatorium, qui pose un tronçon d'autoroute en bois à côté de la zone protégée de la Petite Amazonie, ou 'L'île flottante" de Fabrice Hyber, qui reconstitue sur le canal Saint-Félix un rassemblement de bateaux; ou encore "Les colons" de Sarah Sze dont je vous ai parlé plus haut. Estuaire, c'est maintenant 29 oeuvres sur 12 communes et l'aventure se poursuit avec au programme de nouveaux aménagements, cheminements doux, chemins pédestres, gîtes, points de vue, confiés à des designers, des architectes et des urbanistes. 

 *-*-*-*-*

P1100886

 

 

L'estuaire - les activités -

Tout d'abord, le bateau qui m'a trimbalé :

EP1100848

Aux Chantiers de l'Atlantique, 4 bateaux en construction, en voici deux :

P1000921 P1000952

 

On utilise l'écluse à cause de la différence de niveau entre le port et la mer ...

P1100849

... puis on passe sous le pont de Saint-Nazaire

P1100856

Un pousseur

P1000896

Transports spéciaux, pour Airbus ...

P1100857

... et pour Kourou, par le Béluga construit spécialement pour transporter les morceaux d'Ariane

P1000958

On croise un vaillant petit bateau qui lutte contre les remous

P1000950

Et on passe devant les différents terminaux, différents chantiers, différentes installations portuaires

P1100859

P1100860

P1100861

P1100865

P1100869

P1100874

P1100876

Quelques villages

P1100862

P1010003

P1100877

Deux chateaux

P1000966

Un des trois derniers civelliers

P1000990

Le bac du Pellerin

P1010017

Une tour à plomb qui servait à fabriquer les munitions de l'époque : le plomb fondu coulait du haut de la tour à travers des grilles jusqu'en bas où l'on récupérait les plombs pour les armes à feu

P1010009 P1010010

Et quelques installations industrielles bizarres

P1100873 P1100876

P1100866 P1100865

P1010024 P1010038

Le terminal à ferrailles qui revêt, sous le soleil, et lorsqu'on a l'oeil un peu spécial, une certaine beauté

P1010039

P1010040 P1010041

P1010042

L'araignée, bouffeuse de ferraille

P1010043

 

Lorsque j'ai pris ces photos pour faire ce billet, je me suis dit que lorsqu'on voit ces installations, ces engins qui sont presque des monuments, on ne peut pas s'empêcher en les regardant avec l'oeil du touriste un peu curieux, d'y déceler une certaine poésie et parfois même une certaine majesté.

P1010046

 Il n'est pas impossible que ceux qui travaillent sur les différents sites aient une approche différente et un peu plus terre à terre.

 

 

 

Publié dans Un lieu - une visite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article