Mauritius 2

Publié le par Luciole

 

Statuts facebookiens de la période

Pourvu du Samsung de Lucile et d'une connexion Wi-Fi obligeamment fournie par notre propriétaire, j'ai envoyé quotidiennement, via facebook, en statut, un petit mot décrivant notre journée, ceci en guise de carte non postale.

Revoici ces statuts illustrés.

31 juillet :
De l'autre côté de l'Afrique, chez Maurice, 22 degrés avec alternance de tempête de soleil et de pluie bienfaisante.

c_635


1er août:
Soleil et gros rouleaux sur la plage, avec des montées d'eau surprenantes ... donc marrantes. Population très sympathique. Je confirme que la papaye ne se ramasse pas avec une foufourche mais peut éventuellement vous tomber sur la gueugueule.

a_004_1_

2 août :
Visite à la capitale. Trajet bus folklorique. Marché de Port-Louis coloré et odorant. Mais ici, les couleurs ont des odeurs, c'est donc la fête des gars de la narine.

c_060

3 août :
La famille
a passé une belle journée avec Sam. Curepipe, la fabrique de vêtements où les roupies s'évaporent rapidement, la fabrique de thés à Bois-Joli, le lac du dieu Shiva, Chamarel et ses terres de couleurs, les gorges de la rivière noire et le retour via la côte sous le coucher du soleil mauricien et Tamarin.

c_224_1_

4 août :
La famille a fait la connaissance de Popo, pourvoyeur en cuisine à domicile. Les rouleaux étant allés rouler ailleurs, journée plage et trempettes dans l'océan
transparent jusqu'au coucher du soleil.

a_428_1_

5 août :
La famille, après un pantagruélique petit déjeuner mauricien amené ce matin par Popo, a passé la journée à Quatre Bornes où avait lieu le marché aux textiles, un immense souk en pleine ville. Trajet Flic-en-flac/Quatre Bornes en bus au son tonitruant de Radio +, radio locale franco créole, une ambiance du feu de dieu !

c_582_1_

6 août :
La famille a constaté que le 1er geste de Cavitia lorsqu'elle arrive le matin, avant de vaquer à ses occupations ménagères, est de nettoyer un petit autel situé dans la cour, d'y mettre des fleurs fraiches et de ranimer la flamme de la lampe à huile; c'est sensé apporter quiétude et bonheur à la résidence et à ses occupants. Pour l'instant, ça marche.

c_315_1_

7 août :
La famille a passé la journée à l'île aux cerfs : un super voyage en bateau, une belle cascade, des criques isolées où l'on peut nager en solitaire, un paysage de rêve, un barbecue partagé avec des sud-africains très sympathiques, un retour en van avec un chauffeur limite casse-cou, mais pas un seul cerf !

c_352

8 août :
18h, dans une petite demi-heure, brutalement, la nuit va tomber. Avec le départ du jour arrive le moustique mauricien; il est plus petit, mais aussi tenace et assoiffé que son collègue européen. Plus sympa, le lézard qui s'est invité au petit déj' de mon fils ce matin; il avait squatté la boîte de céréales, il a immédiatement été reconduit à la frontière du jardin, sans violence, mais avec fermeté.

lezard

9 août :
La famille
a parcouru le fantastique jardin de Pamplemousses, de quoi nourrir largement la série "arbres", mais pas un seul pamplemousse, par contre, il y avait des cerfs (!?!)(cf le statut d'il y a deux jours).

a_652_1_

10 août :
Claudius a découvert le Kenzi Bar, tenu par un lorientais . Notre soirée du vendredi, la dernière, est assurée, proprio sympa, zike de dingue, gros assortiment de boissons, une soirée d'adieu à Mauritius comme le mérite l'évènement.

c_525_1_

11 août :
La famille, partie à la chasse aux épices, est revenue avec, dans sa besace : du nuoc mam, de l'oyster sauce, de la soy sauce, de la vanille, des noix de muscade, du piment séché, de l'aji-no-moto, de la cannelle, du "5 épices" chinois, de safran, du colorant alimentaire orange, du poivre des Indes, des épices pour Briyani, de la poudre de curry normale et de la poudre de curry pimentée, du tandoori, du vindaye poisson, de la poudre de cange.

c_080_1_

12 août :
La famille a passé un sympathique après-midi avec les travailleurs de la plage qui sont venus souhaiter en sa compagnie l'anniversaire de Lucile. Un super moment plein de gentillesse et de rigolade, où l'on a partagé le gâteau offert par Vilasha, la loueuse de parasols.

c_589

13 août :
La famille a bien l'intention de fêter cette dernière journée, avec les amis sur la plage d'abord et au Kenzi bar ce soir.

c_526_1_

15 août :
La famille est de retour avec plein d'images et de choses à raconter, une bonne semaine de boulot en perspective.

c_241_1_

 

 

L'île aux cerfs

Cette île est à 15 minutes du village de Trou d'Eau Douce. On y va en bateau (trois sortes, le bateau rapide, le catamaran ou une reproduction un peu ridicule, il faut bien le dire, de bateau pirate) à travers la mangrove. C'est une terre sans voiture qui doit son succès à la beauté de son lagon. Les plages sont superbes pourvu qu'on évite le gros des touristes. C'est l'excursion la plus courue de Maurice. Il ne faut pas compter nager dans le lagon, très fréquenté et envahi par les bananes gonflables, les parachutes ascensionnels et autres engins à moteur; j'ai convaincu la famille de marcher un peu sur le sentier et au bout de quelques centaines de mètres nous avons découvert une petite crique isolée dont nous avons, tous les trois, amplement profité.

La journée s'est poursuivie par un barbecue très sympathique partagé avec un couple de jeunes français et un quintette de jeunes sud africains drôles et attachants. Au menu : rhum arrangé, un peu de verdure, 2 pilons de poulet, un immense steak de daurade cuit à la perfection et fondant dans la bouche et des bananes flambées, le tout arrosé par la bière locale et terminé par un petit verre de rhum. Une journée à 3000 roupies (75 euros) pour trois comprenant la traversée de l'île dans un van, la traversée en bateau rapide avec les facéties de notre pilote, la visite d'une cascade assez impressionnante visible uniquement de l'océan, le barbecue et le retour.

c_338_1_   c_339_1_   c_340_1_

c_324_1_

c_342_1_

c_328_1_ c_329_1_ c_330_1_

a_472_1_ a_475_1_ a_476_1_

a_478_1_

a_480_1_ a_481_1_

a_502_1_   a_503_1_   a_501_1_

 c_348_1_ c_349_1_ c_350_1_

a_518_1_ a_517_1_

a_522_1_ a_523_1_ a_524_1_

a_526_1_

c_352

c_355

a_533_1_ a_532_1_ a_534_1_

a_535_1_ a_536_1_

a_540_1_   a_543_1_   a_545_1_

a_546_1_   a_547_1_   a_549_1_

a_548_1_

a_550_1_   a_553_1_

a_552

 

 

 

Les temples

Parmi toutes les religions pratiquées à Maurice (doit y avoir foule à la rambarde des dieux au dessus de l'île), la plus représentée est l'hindouisme. Et les temples les plus colorés, offrant une profusion de sculptures, de fresques et de bas-reliefs rehaussés de dorures sont les temples tamouls dont le plus important est dans les environs de Port-Louis, mais on en trouve partout dans l'île, même parfois au détour d'une rue, coincé entre une échoppe et une station service.

Vous trouverez également dans ce billet des photos du Lac du dieu Shiva dont le nom officiel est Grand Bassin mais que les hindous appellent Pari Talao (lac des nymphes ou Ganga Talao (lac Gange). Une légende dit que Shiva secoua sa chevelure et qu'une goutte vint se déposer ici. Revenu d'un séjour en Inde, sir Seewoosagur Ramgoolam, père de l'indépendance mauricienne, versa deux vasques d'eau du Gange dans ce lac sacré. Pour la fête de Shiva, des milliers de fidèles viennent de toute l'île, souvent à pieds, pour se recueillir sur les rives. Les pèlerins viennent y prier Ganesh, Shiva, Durga ... et le soir venu, lorsque l'endroit est désert, les singes mangent les fruits des offrandes.

(prenez le temps de cliquer sur les photos pour les agrandir)
 

Tout d'abord le petit temple, à Flic en Flac, devant lequel nous passions tous les jours, soit pour aller en ville faire des courses ou prendre le bus, soit pour aller sur la plage.

c_009_1_   c_010_1_
c_011_1_   c_012_1_

Pari Talao

a_182

Cette impressionnante statue qui nous accueille est celle de Shiva; elle a été réalisée en béton et peinte, ce qui donne l'illusion du bronze

a_282 c_205_1_

Financée par la Cie des Télécoms de Maurice, elle paye son tribut en acceptant , du haut de sa fourche, de servir d'émetteur.

a_283_1_ a_285_1_

Peut-être une manière d'établir également la communication avec un monde inconnu.

 

c_181_1_

c_182_1_ a_238_1_
c_184_1_ c_185_1_
c_187_1_ c_188_1_ c_189_1_
c_190_1_ c_191_1_ c_192_1_
c_193_1_ c_195_1_ c_194_1_
c_196_1_ c_198_1_ c_197_1_

Pendant que nous visitions, un couple est venu faire bénir sa camionnette toute neuve; il s'agissait, après les prières, de rouler sur un fruit pour l'écraser, sans doute pour assurer une prospérité; petit problème, la jeune femme n'avait visiblement jamais tenu un volant de sa vie. La cérémonie a été assez longue et ponctuée de fou-rires de la part des participants et du seul spectateur que j'étais

c_200_1_

c_201_1_

c_380_1_               c_381_1_

c_412_1_ c_413_1_

c_414_1_          c_417_1_

c_496_1_ c_497_1_

c_499_1_ c_500_1_ c_501_1_

c_506_1_ c_507_1_

c_508_1_ c_509_1_ c_510_1_

c_505_1_ c_502_1_

c_504_1_ c_511_1_

a_233_1_

 

 

 

Le thé

Des champs de plantations de thé à perte de vue, de la région de Curepipe aux plages du sud, décorent magistralement le sol fertile de Bois-Chéri, jusqu'au bord d'une paisible route de campagne esseulée et éloignée de l'agitation grandissante d'un monde mauricien en totale ébullition.

L'endroit flanqué de magie herbacée à respirer à pleins poumons s'élève à plus de 500 mètres d'altitude et au beau milieu de paysages grandioses à vous couper le souffle entre pentes douces morcelées et petites collines doucettement dégradées.

Dès 1892, le thé de l'Île Maurice commence son extraordinaire chemin aux mille vertus pour la santé de tous dans sa nouvelle demeure cossue de Bois-Chéri.

Cette production s'implante dès lors au gré des senteurs autour des grandes plantations ainsi que de l'usine de Bois-Chéri, après avoir été cultivée  auparavant au cœur du Jardin botanique de Pamplemousses de Port-Louis.

Thé vert, thé noir, thé aromatisé, toutes les déclinaisons aromatiques sont représentées çà et là dans cette véritable invitation odorante, propice à une petite pause thé salutaire et reposante dans un lieu ventilé par une fraîcheur agréable.

a_189_1_

a_188_1_

a_190_1_

a_205_1_

a_207_1_

c_164_1_

c_169_1_

c_172_1_

c_161_1_

c_142_1_ c_143_1_ c_144_1_

c_145_1_

c_146_1_
c_147_1_
c_148_1_
c_149_1_
c_150_1_
c_151_1_

c_152_1_

c_154_1_ c_155_1_

c_158_1_
c_159_1_

c_162_1_

a_209_1_ c_171_1_

c_174_1_

a_222_1_

a_223_1_

a_224_1_

 

 

 

Le jardin de Pamplemousses

C'est, de ce que j'ai vu, le plus bel endroit de l'île, celui qui m'a le plus marqué. C'est un jardin botanique situé dans le village de Pamplemousses. Il s'organise sur 26 ha et propose des merveilles: 600 espèces de plantes parmi lesquelles 80 variétés de palmiers et 40 essences "nobles" comme l'ébénier, l'acajou et le teck. On y trouve également le très photographié bassin aux nénuphars, un parc à tortues avec de très vieux spécimens importés des Seychelles pour assurer la protection de l'espèce qui voisinent avec quelques copines originaires de Madagascar, un parc aux cerfs avec des cerfs de Java introduits en 1639 par les Hollandais, l'avenue Poivre bordées de hauts et superbes palmiers royaux, originaires de Cuba, et le bassin des lotus tout aussi spectaculaire que celui des nénuphars.
Voici donc, dans le désordre, certains spécimens de ce jardin extraordinaires. Vous allez voir des philodendrons qui s'accrochent aux troncs des palmiers sans pour autant leur être nuisible, des paliers Talipots, originaires du sud de l'Inde et de Ceylan qui ne fleurissent que tous les 60 ans en offrant des centaines de milliers de fleurs puis meurent juste après, le palmier du voyageur dont chacune des branches déployées en éventail peut contenir jusqu'à un litre d'eau, des arbres aux épices :
gingembres, muscade, poivre, clous de girofle, camphre, eucalyptus, cannelle, etc. on marche sur un tapis d'épices., des bosquets de bambous géants, etc.

(prenez le temps de cliquer sur les photos pour les agrandir)
 


c_419_1_ c_420_1_

c_421_1_ c_422_1_

c_427_1_ c_426_1_

c_424_1_

c_425_1_

c_428_1_ c_429_1_

c_430_1_ c_431_1_

c_432_1_ c_433_1_

c_434_1_ c_436_1_

c_438_1_ c_439_1_

c_440_1_ c_441_1_

c_447_1_ c_442_1_

c_449_1_   c_451_1_   c_452_1_   c_456

c_453_1_ c_454_1_

c_460_1_ c_461_1_ c_466_1_

c_462_1_ c_464_1_ c_470 c_474_1_

c_472_1_ c_473_1_

c_475_1_ c_490_1_

a_633_1_ a_636_1_

a_639_1_

a_700_1_

a_694_1_

a_688_1_

a_660_1_

a_658_1_

 

 

 

Dernier billet de la série

Pour réussir un séjour, la bonne volonté ou le temps qu'il fait ne suffisent pas. Il faut la coordination d'un tas de facteurs, d'éléments pas faciles à prévoir au départ ou durant le séjour et dont nous ne sommes pas toujours maîtres : le bon choix de l'endroit et/ou de la période, les conditions de logement, la nourriture, les différents services qui vous rendent votre quinzaine agréable, etc.

Il se trouve, pour notre part, que des gens ont assuré, chacun dans leur partie, l'excellence de ces vacances. Je voudrais terminer cette série de billets par des remerciements qu'ils méritent amplement.

Tout d'abord, Marie-Line et Michel qui nous ont convaincu de choisir cette destination et de passer ces deux semaines dans cette île à cette époque où la grosse chaleur pénible est absente et où l'on peut tout de même se baigner. Ils nous ont même indiqué l'endroit où aller et où, pour le prix d'une semaine dans un camping 4 étoiles en France, nous avons bénéficié de conditions de logement parfaites.

Voici notre logeur :  Monsieur Moorghen

c_597

L'ensemble s'appelle Villa Gerbera et nous y avons occupé un duplex (salon, salle à manger, cuisine équipée, toilettes au rez-de-chaussée et salon avec balcon, deux chambres et une grande salle de bains à l'étage).

c_313_1_   c_314_1_   c_316_1_

Un grand merci à Kavita qui a tout fait pour rendre notre séjour agréable, la voici :

c_524

Il y a eu également Popo, qui cuisine divinement, il officie parfois pour le palace du coin, La Pagode, mais prépare également et amène à domicile de délicieux et copieux repas et d'énormes petits déjeuners, le voilà avec une de ses prestations

c_587_1_   c_588_1_

Il y a eu Sameer, notre chauffeur, trois voitures différentes, toutes avec la jauge au mini (il est juste tombé en panne le jour où il nous a reconduit à l'aéroport, à 100 mètres de sa station préférée); il nous assuré le trajet aéroport/Flic en Flac et nos deux excursions principales, la journée pour le sud de l'île et la journée pour le nord.

Le voici avec la voiture n°3 ... et avec la patronne

a_752_1_

c_520_1_

Le premier jour sur la plage, nous avons été accueilli par Kevin qui nous a fourgué deux colliers pour à peu près deux fois le prix (il avait commencé à 3 fois le prix) où nous les aurions trouvé dans un bazar de la capitale; mais en payant nos colliers, nous l'avons remercié de sa marchandise, bien sûr, mais également de sa bonne humeur et de son bagout. Tous nos jours de plage il est venu nous dire un petit bonjour, discuter un peu avec nous et sa soeur a offert à Lucile, pour son anniversaire, un bracelet en petites pierres noires. Voici celui qui s'est défini lui-même comme un "voleur honnête" et qui animait la plage tous les jours

a_785_1_

Et pour finir, celle qui nous a assuré, qu'il y ait foule ou non, trois chaises longues et un parasol pour nos journées "plage"; les prix qui avaient commencé à 300 roupies, sont descendus à 250 dès le second jour, puis à 200 pour finir par une location gratuite. Elle aussi est très souvent venue discuter avec nous avec son langage mélange de créole et de français

28 ans, deux petits enfants, toujours souriante voici Vilasha

a_763_1_

 

A ces gens il faut ajouter le petit peuple de la plage, le loueur de bateau, le marchand de poissons, le placeur d'excursions, le vendeur de mines (pâtes chinoises sautées), de kebab , celui qui nous désaltérait avec ses ananas et ses noix de coco et tous les habitués, et puis vous. Oui, à vous qui avez eu la gentillesse de venir entonner avec moi ce "chant du départ" lors de ce mémorable week-end de la fin octobre 2009 et qui avez généreusement arrosé l'arbre à voeux, je suis également redevable du plaisir que j'ai pris à faire ce voyage.

On distinguait les Mauriciens des touristes à ce qu'ils disaient toujours bonjour ou nous faisaient un petit signe chaque fois que nous nous croisions.

Merci à cette île et à tous ses habitants d'être ce qu'ils sont.

 

Publié dans Maurice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article