Mauritius 1

Publié le par Luciole

Lorsqu'on se remémore ce qui a pu se passer ou ce qu'on a vu pendant un séjour à l'île Maurice, le premier mot qui vient à l'esprit, c'est le mot mélange. Mélange des populations, mélange des langues, mélange des religions, mélange des couleurs, mélange des odeurs, cette petite île est riche de tous les peuples venus d'Europe, d'Afrique et d'Asie. Cette île sort peu à peu de la monoculture de la canne à sucre pour s'ouvrir vers l'avenir avec, ça paraît malheureusement inévitable le défaut d'une ouverture brutale au tourisme qui, comme partout, apporte sa prospérité mais aussi ses nuisances lorsqu'il est peu maitrisé au départ. Maurice c'est 350 km de plages, mais c'est également un pays derrière la plage.

carte

Dans les années 1970, Maurice a misé sur le textile pour ne plus dépendre uniquement de la canne à sucre. Aujourd'hui, c'est le tourisme qui constitue sa principale ressource (1,1 milliard d'euros par an, contre environ 800 millions pour le sucre et le textile.

Maurice est également l'eldorado des centres d'appels. Ceux-ci sont devenus l'une des nouvelles activités de l'île. Les entrepreneurs français vantent le bilinguisme (anglais français) et la qualification des jeunes Mauriciens, mais aussi leur capacité à rester aimables malgré les engueulades des clients. Pour 300 euros mensuels (sans les primes) et 45 heures hebdomadaires de travail, ils sont présents au téléphone de 13 heures à 23 heures à cause du décalage horaire. Avec 11000 emplois, l'externalisation des services (clientèle, ressources humaines, assistance informatique) est le secteur qui progresse le plus vite à Maurice.

Nous avons passé deux semaines dans cet endroit dont il faut bien dire qu'avec certains de ses paysages, il donne une idée de ce que doit être le paradis. Durant ce séjour hivernal (chez eux), la température a oscillé entre 22 et 28 degrés, le vent est parfois venu caresser l'océan et lui donner un peu de vie et quelques gouttes d'eau ont deux ou trois fois humecté la peau.
Nous étions basés à Flic en Flac, mais nous avons sillonné la moitié ouest de l'île du nord (Cap Malheureux) au sud (Chamarel) en passant par le plateau central (Curepipe) et en visitant aussi bien les villes : Curepipe, Port-Louis, Quatre Bornes, Grande Baie, que les grandes plages de la partie ouest et en nous extasiant devant les merveilles que sont le jardin de Pamplemousses, l'ile aux Cerfs (notre seule incursion à l'est), les gorges de la Rivière Noire, le lac du dieu Shiva, les terres colorées de Chamarel, les marchés aux épices de Port-Louis et de Quatre Bornes ainsi que le marché aux textiles de Quatre Bornes. Les trajets ont généralement été effectués en bus ou en taxi lorsque les destinations étaient plus éloignées des lignes traditionnelles. La gentillesse et la générosité des Mauriciens est étonnante lorsqu'on vient d'Europe et cela augmente encore le plaisir de visiter ce pays.
Il nous a manqué encore une bonne semaine pour faire connaissance avec la partie est de l'île.

Et maintenant, pour raviver les souvenirs de certains et faire un peu saliver les autres, place aux photos.

Végétation(s) et paysages

Un pot-pourri de terres et de verdure traversés pendant notre séjour.

 

c_019_1_ a_794_1_

Les arbres de la plage sont des filaos; leur nom exact est casuarina, filao étant le nom portugais.On le trouve le long de toutes les plages où il sert à fixer le sable et à ombrager le pique-nique familial et dominical des Mauriciens.

 

c_054_1_ c_056_1_
c_126_1_ c_136_1_
c_127_1_ a_164_1_ a_303_1_
c_133_1_ c_134_1_ c_207_1_
a_337_1_

a_088_1_

c_138_1_ c_139_1_
dans la propriété d'un nostalgique

c_176_1_ c_180_1_ c_206_1_
a_567_1_ a_568_1_ a_569_1_

a_328_1_ a_324_1_ a_323_1_
a_342_1_

a_359_1_
c_229_1_ c_225_1_ c_232_1_

c_230_1_

c_233_1_   c_234_1_

c_212_1_ c_213_1_ c_214_1_

c_221_1_ c_218_1_ c_222_1_

c_292_1_   c_294_1_

c_223_1_   c_495_1_

c_307_1_ c_309_1_ c_308_1_

c_310_1_ c_311_1_

c_385_1_ c_323_1_ c_386_1_

c_387_1_   c_517_1_

c_416_1_   c_571_1_

c_392_1_   c_415_1_

c_572_1_ c_573_1_ c_574_1_

c_236_1_

 

Les gens

C'est l'un des charmes tenaces de Maurice. Cette île minuscule a accueilli toutes les couleurs de la Terre. Sur les marchés de Port-Louis ou de Quatre Bornes, ou dans les rues des villes, le voyage commence par cette mosaïque de visages et de peaux ou par la cuisine qui mélange rougail créole, curry indien et nouilles chinoises. Cependant, si l'on se renseigne un peu, cette image idyllique a des nuances. Au quotidien, les diverses communautés vivent dans une coexistence très policée. Le temps a métissé les traits, mais les mariages mixtes demeurent plus rares qu'à la Réunion et les particularismes ethniques, culturels ou religieux ont la vie dure.

 

c_534_1_

c_102_1_   c_103_1_

a_059_1_

a_069_1_

c_104 c_107 c_108

a_073_1_

c_105_1_   c_106_1_

a_075_1_

c_250_1_   c_272_1_

a_077_1_

c_110_1_   c_114_1_

a_078_1_

a_079_1_

c_115    c_116_1_

c_584 c_325

c_123 a_080_1_

c_285_1_   c_288_1_

c_298_1_   c_035_1_

a_789_1_

a_792_1_

c_067_1_

 

La plage

Trou aux Biches, Blue Bay, Flic en Flac, la renommée des plages qui longent la côte mauricienne n'est plus à faire. Depuis les années 1970, l'économie du pays est devenue étroitement dépendante du tourisme. Les grands complexes hôteliers ont fleuri un peu partout, vivant souvent en vase clos, à bonne distance des villages. Le gouvernement mauricien rêve d'atteindre les deux millions de visiteurs dans une dizaine d'années. Ce ne sera pas sans conséquence sur la qualité de l'eau et la survie de la barrière de corail.

A Flic en Flac, ou nous logions (location d'appartement, ce qui ne nous a pas coupé de la vie locale), nous allions tous les deux jours à la plage et je commençais toujours cette journée par un "safari plage"de près de deux heures, une balade plante des pieds dans l'océan Indien, nez au vent et appareil photo prêt à emmagasiner.


 

La barrière de corail, située à quelques dizaines de mètres de la plage, est la première à subir les assauts de l'océan. Le spectacle est magnifique, mais désastreux pour le corail et pour la faune qui s'y abrite. Sur la plage, on voit souvent des débris ramenés par les vagues finissantes. Autre conséquence, le poisson pierre, un des plus venimeux à cause de ses nageoires aux épines empoisonnées se rapproche dangereusement de la côte.

a_008_1_ a_009_1_ a_010_1_

a_011_1_ a_014_1_ a_019_1_

a_024_1_ a_027_1_ a_030_1_

a_056_1_

 

a_057_1_ 

 a_058_1_ 

a_062_1_

a_072_1_

a_070_1_

a_064_1_

a_066_1_ a_067_1_

a_074_1_

a_071_1_

a_077_1_

a_065_1_

a_391_1_ a_392_1_ a_394_1_

a_395_1_ a_397_1_ a_760_1_

a_762 c_022 c_037

c_369_1_ c_375 c_370_1_

c_630_1_ c_634_1_ c_631_1_

c_639

a_432_1_ a_441_1_   a_444_1_

a_449_1_

 

Les villes & villages

Essentiellement Port-Louis, Quatre Bornes, Flic en Flac et quelques villages traversés lors de nos vagabondages et excursions.


a_081_1_ a_086_1_ a_098_1_

a_099_1_ a_102_1_ a_115_1_

c_005_1_ c_007_1_ c_008_1_

c_013_1_ c_014_1_ c_032_1_

c_052_1_ c_049_1_  c_053_1_ c_059_1_

 c_068_1_ c_098_1_ c_117_1_ c_118_1_

 c_066_1_ c_095_1_ c_096_1_

 c_121_1_ c_101_1_ c_122_1_

  c_131_1_ c_140_1_ c_247_1_

c_282_1_ c_283_1_ c_286_1_

c_302_1_ c_289_1_ c_301_1_

c_356_1_ c_317_1_c_357_1_

c_394_1_ c_399_1_ c_401_1_

c_407_1_ c_409_1_ c_408_1_

c_410_1_ c_418_1_ c_411_1_

c_513_1_ c_515_1_ c_514_1_

c_530_1_ c_528_1_ c_531_1_

c_532_1_

c_560_1_ c_533_1_ c_561_1_

c_563_1_  c_564_1_ c_567_1_

c_565_1_  c_569_1_ c_570_1_

c_581_1_ c_583_1_

c_629_1_

un bien bel échafaudage qui justifierait presque la pancarte ci-dessous
c_586_1_

 

Les marchés

Des odeurs, de la couleur, de la vie, du beau, du moins beau, de l'étrange, de l'inconnu, des petites arnaques, de bonnes affaires, ça fourmille, ça discute, on s'en met plein les yeux et plein les narines.
Ci-dessous des extraits de celui de Port-Louis et des deux de Quatre Bornes: épices et textiles. Si vous distinguez des prix, pour obtenir la valeur en euros, vous divisez le chiffre indiqué en roupies par 40.

 

c_060_1_  c_062_1_ c_061_1_

 

c_064 c_072_1_ c_073

 

c_071_1_ c_074_1_ c_077_1_

 

c_076_1_ c_078_1_ c_079_1_

 

c_083 c_081 c_084_1_

 

Au marché, comme dans la rue, comme sur les plages, comme au bord des routes, vous pouvez manger pour 2, 4 ou 5 euros. Pour que vous rendiez mieux compte, je suis monté sur une balustrade.

 

c_086_1_ c_087_1_ c_088_1_
c_089_1_ c_085_1_ c_090_1_
c_251_1_

 

c_091_1_

 

c_535_1_ c_536_1_ c_537_1_
c_539_1_ c_540_1_ c_541_1_
c_545_1_ c_543_1_ c_546_1_

Le marché au poisson est séparé de la partie "légumes" et se trouve dans une pièce à part

c_553
c_548 c_550_1_ c_549_1_
c_552_1_ c_551 c_554_1_

 

mais vous pouvez aussi acheter poissons ou camarons sur la plage où les pêcheurs viennent proposer leur pêche du jour aux baigneurs
a_795_1_ a_796_1_

Mais revenons au marché, la viande, elle aussi occupe un endroit à part, les vendeurs sont rares, et ont peu à offrir

c_558 c_555_1_ c_559_1_

et voilà, un joli bouquet de gerbera pour faire la transition...


c_556_1_

 

... et passer ainsi à Quatre Bornes où tous les jeudis et les dimanches a lieu le marché aux textiles avec ses CalvEn Klein et ses tee-shirt Armani à 100 roupies (2€50)    

c_253_1_ c_254_1_ c_255_1_
c_258_1_ c_257_1_ c_259_1_
c_261_1_ c_260_1_ c_262_1_
c_263_1_ c_265_1_ c_264_1_
c_266_1_ c_268 c_267_1_
c_269_1_ c_270_1_ c_271_1_

 

 

 

Publié dans Maurice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article